NamibiaIMG_474209

Namibia 2011: Windhoek – Sossusvlei

La Namibie est une destination mythique pour un géologue, avec de beaux affleurements à perte de vue et de riches gisements de minéraux. Le mois de décembre correspond au début de la saison chaude et humide en Afrique australe, ce qui est loin d’être la période idéale pour visiter cette région. Qu’à cela ne tienne, ce n’est pas ça qui va arrêter un géologue et nous serons moins de touristes à nous croiser! Cela a facilité la préparation du voyage qui s’est réduite au strict minimum avec un billet acheté le 1er décembre pour un départ le 17. Sans oublier tout de même de réserver l’essentiel pour se déplacer: un 4×4 équipé d’un roof tent.

En dehors de cela, une feuille de route assez libre, quasiment sans réservation, avec une sélection de sites naturels et minéralogiques remarquables (piochés sur Mindat), aidé par quelques emails envoyés à des habitués du pays et des géologues travaillant sur place. Et donc un circuit assez classique faisant le tour de la partie Nord du pays.

Namibia_itineraire

Arrivée dans la capitale namibienne le dimanche en fin d’après-midi, au terme des vols Bordeaux-CDG-Joburg-Windhoek. Ambiance très calme dans la capitale, pire qu’un mois d’août en France : les grandes vacances ont déjà commencé et la ville est déserte, ceux qui ne sont pas partis en vacances restent chez eux derrière des hauts murs avec clôtures électriques ou fils de fer rasoirs. On finit surement par s’habituer à vivre dans une sorte de prison, notre premier hôtel ne fera pas exception…

Lendemain matin, après avoir récupéré la voiture de location, passage au supermarket du coin pour faire le plein de provisions. Réserve d’eau minérale en bidon de 5 L, de légumes, de fruits, du papier alu et petite réserve de bois pour le barbecue…. Sans oublier les premiers sachets de biltong, la fameuse viande séchée d’Afrique australe.

Puis enfin direction le bush, première étape : les dunes du Namib dans la région de Sossusvlei.

NamibiaIMG_463202

En direction du Sud, le paysage devient plus sec, mais les premières pluies commencent quand même à gonfler quelques rivières. Puis à l’approche de Sesriem, les premières dunes rouges font leur apparition.

Le lendemain, départ dès l’aube pour gravir les dunes au lever du soleil. Sur la route les premiers oryx et springboks.

NamibiaIMG_468405

NamibiaIMG_470006 NamibiaIMG_470507 NamibiaIMG_470708

Un peu plus loin quelques 4×4 abandonnés au milieu de la piste : certains ont surestimé leur habileté à conduire dans le sable… Du sable, du sable et encore du sable…

NamibiaIMG_474810

NamibiaIMG_475511

NamibiaIMG_474209 NamibiaIMG_477212

Avec un peu de chance un petit diamant pourrait traîner par la, mais ils se concentrent plutôt sur la cote: charriés par l’Orange River depuis les champs de kimberlite sud-africaines, ils ont été dispersés sur la bande littorale. Les plus riches placers étant situés autour de Ludertiz (la zone interdite).

Les diamants alluvionnaires sont encore la première production minière de Namibie en termes de valeur, mais les gisements du littoral sont en cours d’épuisement. Le gros de la production provient désormais de placers sous-marins exploités par de gros navires.

On repart vers le Nord, et une fois passé le tropique du Capricorne les choses sérieuses commencent : direction Swakopmund. Cette ville côtière au style allemand / sud africain prononcé sera notre point de chute pour 3 jours afin d’explorer la province uranifère du Damara occidental.

Suite…

NamibiaIMG_480414

Ce contenu a été publié dans Echos de prospection, Namibie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>