Orpaillage sur la Bagoé

Cette semaine encore des données géologiques intéressantes visibles depuis les images satellites disponibles sur Google Earth.

Bagoe_orpaillage

Nous sommes dans le Sud Mali, plus précisément sur les rives de la Bagoé, à l’ouest du village de Loulé, dans la région de Sikasso.

En amont de ce point, la rivière draine un bassin versant riche en gisements d’or (notamment Tingréla en Cote-d’-Ivoire et Tabakoroni au Mali ). Dans toute la vallée de la Bagoé la base de la couche d’alluvions est riche en or assez grossier. Plusieurs gold rush attirant des orpailleurs de toute la sous-région ont eu lieu récemment, notamment à Massiogo, près de Misséni; Alihamdoulilaye près de Finkolo et enfin Loulé près de Fourou.

La couche d’alluvion est exploitée par des puits de 12 à 20 mètres de profondeur. La zone exploitée est nettement visible sur l’imagerie satellite, du fait des tas de déblais de teinte jaunâtre qui s’accumulent autour des puits.

Les orpailleurs transportent en bicyclette des sacs de riz remplis d’alluvions aurifères jusqu’au bord de la rivière pour les laver. Les dommages les plus visibles sont la déforestation et le comblement du lit de la rivière.

Bagoe_orpaillage_2

Bagoe_Mali_orpaillage

IMGP2450_Bagoe_Mali_orpaillage

IMGP2448 Bagoe orpaillage

Ce contenu a été publié dans Photo de la semaine, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Orpaillage sur la Bagoé

  1. Nico dit :

    Les images satellites datant de 2009,
    au vus de la situation instables dans la région et de l’éphémérité des sites d’orpaillages clandestins,
    sont t’ils réellement toujours en activité aujourd’hui?

    • admin dit :

      En fait l’instabilité dans le Sud Mali était toute relative. Le coup d’état n’a eu aucun impact sur leur activité.
      C’est vrai que la plupart des rushs sont éphémères, surtout pour les petits gisements primaires, ici c’est un site alluvionnaire assez riche et étendu. Ce site de lavage était toujours actif en février 2012, il s’était même étendu sur l’autre rive (images a suivre dans un prochain billet).

  2. Bagoé Alain-Michel dit :

    D’origine Antillaise (Martinique), j’ai toujours connu l’existence de cette rivière, car j’ai vécu au Sénégal , de l’âge de 8 à 18 ans . En revanche, j’ignorais totalement ce gisement aurifère . Un jour, j’y viendrai, histoire d’effectuer un pèlerinage, sur la terre de mes ancêtres .

    Mon nom d’artiste, est Michel Bagoé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>